Jeune homme qui perd toujours ses affaires

 

 

 

 

Éric, 17 ans arrive tout guilleret à sa séance. C’est un jeune homme élancé, aux yeux bleus perçants, les  cheveux coupés courts et assez joli garçon, mais à sa posture on devine rapidement  une personnalité assez anxieuse. Effectivement, malgré cette bonne mine apparente, il a un gros souci : l’un de ses principaux  symptômes est qu’il n’arrête pas de perdre ses affaires (souvent des papiers, son passeport notamment, …), il les retrouve par hasard dans un cahier de cours, un livre, …mais les égare de nouveau aussitôt. Les parents, amis et petite amie lui ont bien expliqué comment s’organiser afin d’éviter ces incidents mais rien n’y fait.

Le blocage se situe dans son inconscient. Nous allons donc chercher objet après objet ce que signifient ces actes manqués dans le conscient et qui sont autant d’actes réussis dans son inconscient.

 

Je demande à Éric d’associer sur les mots « carte de cantine » qu’il vient typiquement de reperdre aujourd’hui alors qu’il l’avait retrouvée la veille. Le premier mot lui venant à l’esprit est, celui qu’il me répond du tac au tac est : « contine ! ». Il poursuit son association d’idées : « c’est marrant j’étais avec mon frère la semaine dernière, on ne faisait rien de spécial, et puis soudain je me suis mis à chanter : « Meunier tu dors, ton moulin ton moulin ton moulin va trop vite, meunier tu dors.… » Mon frère a souri m’a regardé et m’a dit : « tu te rends compte de ce que tu chantes là ? ». Je ne m’en étais pas du tout rendu compte…. ».

 

Je lui explique : pas « rendu conte » c’est le cas de le dire…loin de rendre vos contes vous les avez retrouvés ! Vous êtes en train de retrouver les éléments de votre jeunesse qui vous berçaient et vous rassuraient lorsque vous étiez enfant. Vous ne rendez donc plus de comptes à quelqu’un mais vous réconciliez avec vos pulsions et donc avec votre plaisir d’enfant.

 

Il se remet dans le bain de l’instant, chantonne en se berçant très légèrement,  comme il l’avait fait une semaine plus tôt.

La séance se termine, Eric prend son agenda, l’ouvre sans trop regarder où, baisse les yeux pour trouver la bonne page, celle de la semaine suivante et je le vois se stopper net à cet instant. Il me regarde ébahi et souriant puis s’écrie « C’est pas vrai ! Ma carte de cantine !!! ».

« Le bercement rend quelque chose de la sécurité de l’époque antérieure à l’époque actuelle » (F.Dolto dans « Françoise Dolto parle de l’origine »). Le mouvement du bercement, associé à la contine avec laquelle la mère bouge en symbiose avec son enfant (que l’état de l’enfant soit ou non fœtal) a réparé le point concerné par ce blocage dans l’Inconscient du patient.

 

Le symptôme, qu’il soit de perdre, de répéter un schéma, ou autre se constitue toujours de ce que l’on appelle « le refoulé » et force est de constater que dès que le refoulement est écouté, très rapidement, sans que nous en ayons conscience, le symptôme se stoppe ou se déplace.  Contrairement aux idées reçues sur la psychanalyse les symptômes réagissent rapidement à la parole inconsciente pratiquée par le patient. Les effets de la parole inconsciente sont généralement visibles immédiatement ou au bout de quelques semaines comme dans les exemples cités dans mes articles : : on change de points de vue, d’idées, de vision de la vie, on est soulagé.

 

C’est parfois un peu plus long (pour les nœuds inconscients les plus résistants), on ne sent rien pendant le temps du travail puis tout à coup, le comportement que nous ne souhaitions plus avoir (par exemple) disparait, et un nouveau, un plaisant cette fois apparait à la place car nous avons inconsciemment modifié les bases de notre personnalité.  

 

Ainsi assiste-t-on très souvent en analyse….à de petits miracles de l’inconscient !